Les allégations santé pleuvent tellement qu’on ne sait plus à quel Saint se vouer. Quelques principes de base restent pour une vraie alimentation équilibrée. La restauration collective, parfois pointée du doigt, n’est pourtant pas le mauvais élève.

Une personne sur cinq dans le monde décède des suites d’une alimentation déséquilibrée. C’est donc une des causes de mortalité aussi importante que le tabagisme. Mais du coup, que devrait-on manger pour garder la santé ? Et en restauration collective, que proposer chaque jour ?

Parce que l’aliment est le meilleur médicament

« Que ton aliment soit ton seul médicament » préconisait Hippocrate, 400 ans avant notre ère. Et cela suppose que le choix de cet aliment soit judicieux et équilibré.

Les conséquences d’une alimentation déséquilibrée sur la santé sont connues : maladies cardio-vasculaires, diabète, surpoids, cancer, hypertension, conséquences sur les capacités cognitives. Celles-ci sont nombreuses.

Gérer la quantité de calories selon nos besoins ne suffit pas pour assurer une alimentation équilibrée. Après la quantité, il ne faut pas oublier la qualité des aliments. Un déséquilibre dans les apports nutritionnels peut provoquer des carences qui peuvent aussi être la source de maladies.

Enfin, et il est de plus en plus important d’en tenir compte, les ingrédients à l’origine d’une alimentation déséquilibrée sont souvent issus de monocultures, sources de gaspillage alimentaire, de surproduction ou de surconsommation.

8 règles de base d’une alimentation équilibrée

Quelles sont les vraies règles à suivre ? Chez soi, mais également dans les restaurants d’entreprise, elles sont les mêmes.

L’équilibre nutritionnel tient à 4 attitudes à diminuer et 4 attitudes à intensifier :

  1. Moins de sucre : ajoutez-en un minimum dans les préparations. On essaye de profiter de la sucrosité naturelle des ingrédients.
  2. Moins de sel : tout comme le sucre, le sel est caché dans de nombreux ingrédients. Lorsqu’on les additionne, on dépasse largement les besoins quotidiens. Lisez les étiquettes, et n’ajoutez du sel qu’après avoir goûté si c’est vraiment nécessaire. Compensez avec d’autres épices.
  3. Moins de graisses : Évitez les aliments dépassant 7 grammes de lipides pour 100 grammes et tout aliment dont le total des lipides dépasse le total des protéines.
  4. Moins de viande et surtout moins de charcuteries : trop gras, trop salé. La portion de viande quotidienne ne devrait pas dépasser la paume d’une main.
  5. completPlus de complet, céréales complètes, riz complet, pain complet : plus riches en minéraux et vitamines.
  6. noixPlus de noix, graines et fruits secs (pour les non allergiques !) : ces aliments apportent de nombreux minéraux utiles.
  7. légumesPlus de légumes et de fruits : 5 portions par jour correspondant à 5 poings fermés. Ces aliments apportent de nombreuses fibres utiles à la digestion.
  8. légumineusesPlus de légumineuses (pois, pois chiches) : elles permettent un apport en protéines végétales et en nutriments.

En complément à ces règles, une activité physique et une consommation d’alcool modérée sont recommandées.

Restauration collective : 4 pistes pour une alimentation équilibrée

La restauration collective dans les entreprises, les maisons de repos, les hôpitaux ou les écoles joue un rôle très important pour une alimentation équilibrée au quotidien de millions de personnes. Mais offrir des repas équilibrés, tous les jours, demande de nombreuses compétences. Voici 4 pistes pour mieux s’orienter :

  1. S’appuyer sur une expertise en diététique : pas simple de savoir ce qui est bon et de connaître les dernières évolutions en matière de diététique. Faire appel à un expert permet de faire des choix judicieux en connaissance de cause.
  2. Consulter le nutri-score : cet indicateur est de plus en plus présent sur les produits alimentaires. Bien qu’il ne soit pas parfait, il peut être une bonne aide dans la sélection des produits.
  3. Bien choisir ses produits : les produits de saison et locaux sont plus riches en nutriments ; tandis que les légumes et fruits venant de loin ont eu le temps de perdre des vitamines.
  4. Privilégier certains modes de préparation et de cuisson : privilégiez la cuisson vapeur pour utiliser moins de graisse et conserver les vitamines et préparez des produits crus.

Vers une parfaite maîtrise des processus en restauration collective

La restauration collective a une responsabilité vis à vis de la santé de ses clients. Sachant que certains y mangent 5 repas par semaine, le responsable de restaurant collectif se doit de veiller à une alimentation équilibrée.

Chez soi, comme en restauration collective, proposer une alimentation saine, c’est aussi revenir aux principes de base d’une alimentation non transformée :

  • bien sélectionner ses aliments, chercher des fournisseurs dont on connaît les processus de production et la qualité des produits.
  • cuisiner sur place et limiter l’utilisation de produits semi-transformés.
  • se renseigner sur la valeur nutritionnelle des aliments. Et, pour cela se doter d’outils dédiés à leur métier de restaurateur d’entreprise. De quoi être armé pour revisiter ses recettes et équilibrer les menus.

Youmeal est un logiciel de gestion alimentaire qui offre à tout responsable de cuisine collective, dont la restauration d’entreprise, un moyen de concevoir des recettes équilibrées. Le logiciel fournit des informations nutritionnelles précises sur des milliers d’aliments. Avec ce plus non négligeable : un calcul de l’impact environnemental de vos recettes.

De quoi optimiser vos menus dans tous ses aspects. Demandez un essai gratuit.