Les repas de fêtes sont souvent synonymes de trop ou mal manger. Or, il y a moyen de ne pas gâcher un bon moment à table par une crise de foie. Connaissez-vous de délicieuses alternatives de repas de fêtes équilibrés ?

Le souci des repas de fêtes, en fin d’année, c’est qu’ils sont souvent indigestes et nombreux. Entre la veille de Noël, le jour de Noël, le réveillon, la Saint-Sylvestre en famille, au travail, au club de sport, il y a de quoi frôler l’overdose. Comment limiter les dégâts et optimiser ses recettes pour des repas de fêtes équilibrés ? Suivez le guide.

Deux principes pour des repas de fêtes équilibrés : faire moins calorique et plus digeste

On ne vous apprend rien : aux fêtes, on mange trop et on boit trop. En quantité, en calories, en graisse, sel, sucre, alcool. Le savez-vous ? Vous pouvez frôler les 2000 calories en un seul repas. Bien plus que les besoins d’un adulte moyen pour toute une journée.

Les calories à table pendant les fêtes, c’est aussi une question culturelle. En Europe, les repas de Noël les moins caloriques, nous les trouvons en Lituanie et en République tchèque. Et les plus caloriques, en France, en Allemagne, en Irlande, au Royaume-Uni et au Portugal.

Sans compter que votre corps souffre de devoir digérer tous ces aliments qu’il n’a pas l’habitude d’assimiler. Le processus de digestion peut durer jusqu’à 24 heures après le repas. Au programme : déshydratation, modifications hormonales, libération de molécules inflammatoires et déséquilibre du taux de sucre dans le sang.

Pour des repas de fêtes équilibrés et un lendemain qui ne vous rendra pas malade, il existe quelques bonnes pratiques d’optimisation de recettes.

Quelques idées pour des repas de fête équilibrés et savoureux

Pour créer un menu de fête équilibré, il faut d’abord chasser quelques idées reçues sur les aliments faux amis. Tout n’est pas mauvais pour la santé dans le menu traditionnel : le saumon fumé est une source d’Omega 3, la dinde est une volaille maigre, les huitres sont peu caloriques.

Ensuite, il s’agit de trouver des alternatives plus saines, avec un meilleur apport nutritionnel. Voici quelques idées de menus et d’alternatives intéressantes pour des repas de fêtes équilibrés.

L’apéro

On évite chips et sauces. On préfère les toasts au poisson ou œufs de lump, les légumes crus à tremper dans une sauce dressing light. Farcis ou garnis de fromage frais, par exemple, des légumes comme les tomates cerises, mini poivrons et feuilles d’endives offrent une belle alternative.

L’entrée

  • Le saumon fumé. Le préférer sauvage, moins riche en graisses que celui d’élevage. Pour encore moins de calories, on choisit les langoustes, crevettes, huitres. Et on évite aussi ou on limite la mayonnaise ou le beurre à l’ail. Attention avec les crustacés : bien vous renseigner qu’aucun convive n’est allergique aux fruits de mer.
  • Le foie gras. Il se remplace facilement par un carpaccio de viande ou du pâté de volaille. Moins gras et éthiquement plus propre.
  • Les toasts. On évite de rajouter des féculents à un apéro qui se veut léger. Les toasts, feuilletés et pains se proposent avec parcimonie. Caloriques et volumineux dans l’estomac, ils vous couperont la faim pour la suite.

Le plat principal

  • Les protéines. Vos amis sont la viande maigre (la dinde est parfaite) ou le poisson. Si vous prenez de la volaille, ne mangez pas la peau, vous diminuez d’un tiers les calories ingérées et la graisse. Pensez aussi aux protéines végétales, pour satisfaire vos amis veg’ ou pour alléger le repas.
  • Les féculents. Préparez des pommes de terre grenaille au four avec des herbes de Provence ou une purée légère plutôt que des frites ou croquettes.
  • Les accompagnements. Les légumes ou fruits sont présents dans l’assiette. Prévoyez une poêlée de champignons, un écrasé de légumes (panais, céleri, patate douce) ou des châtaignes. Ayez aussi la main légère sur les sauces : plutôt à la crème fraîche ou végétale qu’au beurre.
  • La cuisson. Pour des repas de fêtes équilibrés, la grillade, le four et la papillote serviront d’alternatives à la cuisson au beurre ou à la friteuse.

Le fromage

Idéalement, on s’en passe ce soir-là, car il est très calorique. D’autant plus qu’on l’accompagne de pain. Si vous y tenez vraiment, sachez que les formages à pâte molle sont moins gras que ceux à pâte dure. Achetez du camembert et du brie plutôt que du Comté ou du Gruyère.

Le dessert

Pour des repas de fêtes équilibrés, remplacer la bûche au beurre par une bûche à la crème fraîche limite déjà calorie et lourdeur. Une bûche glacée ? Elle n’est pas moins calorique. En mode pâtisserie ou glace, la bûche tourne autour des 300 kcal/100 gr. L’alternative reste le sorbet. Préparés maison, vous pourrez d’ailleurs sucrer moins vos sorbets que ceux du commerce. Enfin, une salade de fruits frais termine parfaitement et en légèreté un repas copieux.

Le café gourmand

Si vous voulez ajouter quelque chose à grignoter, préférez plutôt les macarons et biscuits légers (langue de chat…) aux pralines ou autres gourmandises chocolatées.

Les boissons

En alcool, servez du sec plutôt que du sucré. Du brut (champagne) ou du vin plutôt que du vermouth ou du Muscat. À savoir : un gramme d’alcool égale un gramme de graisse. Or un verre de champagne ou de vin contient 10gr d’alcool. Donc à chaque verre ingéré, vous avalez 10 gr de beurre.

Jus de fruits et sodas sont des bombes à sucre. Pensez donc à prévoir de l’eau pour vos convives, en version plate ou pétillante et agrémentée de tranches de citrons ou concombres bio.

Repas de fêtes équilibrés : quels incontournables à table ?

On privilégie :

  • L’eau pour s’hydrater. L’eau évite de trop manger et prévient la migraine des repas trop copieux et trop arrosés.
  • Les légumes. On choisit les légumes de saison comme les champignons, les potimarrons, le céleri, les choux ou les épinards. Bien préparés et assaisonnés, ces légumes ont leur place sur une table de fête.
  • Les fruits. On peut se tourner vers les fruits exotiques pour changer, mais on en connait leur empreinte carbone. On préfère les fruits de saison et locaux et des fruits secs. Ils peuvent servir dans tous les plats.
  • Les viandes maigres et poissons. À la fois moins de graisse et de bonnes sources de protéines, mais à servir en quantité raisonnable, de qualité, bio de préférence.

On limite :

  • Les paniers de pain et de beurre qui poussent à grignoter tout au long du repas et augmentent les calories ingérées.
  • L’alcool qui déshydrate et donne des maux de tête. Sans compter qu’il vous mettra dans le rouge lors des contrôles sur les routes.
  • Les sauces et graisses. Il ne faut pas 20 grammes de beurre pour cuire un blanc de dinde. Ni 8 cuillères à soupe de mayonnaise dans une salade de crevettes. Allégez vos sauces froides avec du fromage blanc. Cuisez dans une poêle antiadhésive ou limitez-vous à passer un essuie-tout imprégné d’un peu d’huile d’olive ou d’un mélange beurre-huile. Et, dans les desserts, le beurre peut même être remplacé par des légumes.
  • Le sucre et le sel. Un principe : goûter avant de rajouter du sucre ou du sel. Vous pouvez même retirer 1/3 de sucre dans certaines recettes de dessert ou remplacer par des alternatives comme de la fleur d’oranger.

Dans la restauration collective ou commerciale, élaborer des repas de fêtes équilibrés, c’est possible. Notre logiciel d’optimisation des recettes vous indique en quelques clics le bilan nutritionnel de vos plats. En prime, le logiciel donne aussi l’impact environnemental de vos menus. Une démonstration gratuite ? Remplissez vos coordonnées. Une question ? Contactez-nous.