On l’entend souvent en optimisation de recette : il vaut mieux préparer ses plats soi-même plutôt que d’acheter du pré-emballé. Mais une recette traditionnelle contient-elle tous les nutriments dont nous avons besoin ? On vous dit tout.

Tout est une question de goût, on vous l’accorde, entre les plats maison, ceux du restaurant et les plats industriels. Au niveau qualité nutritionnelle, par contre, les différences sont flagrantes. Même les recettes traditionnelles façon grand-mère, on peut les optimiser d’un point de vue nutritionnel et environnemental. Démonstration.

La version industrielle du vol-au-vent, clairement une recette à optimiser

À la lecture des informations nutritionnelles sur l’étiquette, il ressort que la bouchée à la reine industrielle n’est absolument pas équilibrée. On observe aussi que parmi les ingrédients se retrouvent beaucoup de composants allergènes.

Inquiétant, à côté des ingrédients traditionnels de la recette, poulet, champignon, épices et farine, on retrouve une kyrielle d’additifs. Dans la famille des E100, 300 et 400, nous trouvons les antioxydants, acidifiants, colorants, arômes, épaississants, émulsifiants. Autant d’ingrédients dont on ne connait pas les effets sur notre santé quand ils sont combinés.

Le bilan santé-planète se précise suite à l’encodage des ingrédients dans le logiciel d’analyse alimentaire Youmeal. La bouchée à la reine pré-emballée contient non seulement peu de vitamines et minéraux, mais aussi trop de sel, de matières grasses et pas assez de fibres. Quant à l’impact sur la planète, bien que le score ne soit pas trop mauvais, il peut clairement faire l’objet d’une optimisation de recette.

La recette de grand mère, pas toujours garante d’une meilleure qualité nutritionnelle

La recette familiale pourrait-elle supplanter la recette industrielle ? Le meilleur goût et l’aspect plus appétissant représentent déjà deux différences. Mais surtout, le cuisiné maison se passe de tous les additifs du pré-emballé.

L’avantage premier du fait maison réside surtout dans un meilleur apport en nutriments. Logique, puisque chez soi on travaille plus souvent avec des produits frais et de qualité. Cependant des lacunes existent : la recette traditionnelle contient davantage de graisse que la préparation pré-emballée. Il semble que grand-mère soit trop généreuse avec le beurre.

Quant au sel, en quantité moindre par rapport au produit industriel, il reste trop présent par rapport à l’apport journalier recommandé.

Cette recette, par contre, présente un impact environnemental moins bon que la version industrielle. Dans la famille, on aime une bouchée à la reine riche en viande ! Peut-on pousser plus loin encore l’optimisation de recette ? Il suffit d’améliorer quelques derniers paramètres.

Comment opérer une optimisation de recette d’un point de vue santé et bilan planète ?

Le vol-au-vent idéal, du point de vue nutritionnel, sera moins salé et plus faible en acides gras saturés.

Pour diminuer l’impact environnemental, que faire ? Simplement substituer des produits animaliers par des équivalents végétaux. Le beurre se remplace par l’huile de lin et le lait par du lait de soja.

Et pour la viande ? Un usage mesuré permet de garder le coût tout en conservant un apport suffisant par rapport aux recommandations. Pour terminer l’optimisation de recette, on va intégrer davantage de légumes. À côté des champignons typiques de la recette, on intègre du chou-fleur, de la carotte, du poireau et du céleri. Ces légumes apportent arôme, vitamines et minéraux.

Peut-on toujours optimiser ses recettes ?

Oui, lorsque nous cuisinons, nous pouvons toujours mieux faire, que ce soit pour la planète ou la santé. C’est même un devoir de viser une meilleure qualité nutritionnelle en cuisines collectives et ehpad.

Avantage supplémentaire, et pas des moindres, la recette optimisée reste succulente. En jouant avec les épices, la qualité des produits, les temps et modes de cuisson, vous réduisez le taux de sel et de graisse.

Comment encore diminuer l’impact écologique des recettes de grand-mère ? Il suffit d’utiliser les produits locaux et de saison. Ça tombe bien : le vol-au-vent contient des produits issus de nos contrées. Ses ingrédients sont disponibles toute l’année en magasins bio ou auprès de producteurs de proximité.

Adopter des réflexes d’optimisation de recette en cuisinant des produits de plus grande qualité avec moins d’artifices comme le sel et les additifs, n’est-ce pas retrouver le vrai goût des aliments ? Cela représente tout un apprentissage voire un changement de nos – mauvaises – habitudes.

Youmeal a développé un logiciel d’optimisation de recettes du point de vue nutritionnel et santé planète. Deux préoccupations majeures de nos contemporains. Pour une démonstration gratuite chez vous, contactez-nous.