Les applications nutritionnelles, comme Yuka ou Codecheck, pour ne citer que les plus populaires, décryptent les étiquettes alimentaires pour fournir de l’information nutritionnelle ou autre. Le message commercial affirme qu’elles aident le consommateur à repérer les aliments sains et, mieux informé, lui permettent d’acheter en conscience. Pour autant, faut-il leur accorder une confiance aveugle ?

Le principe de ces app’ : des bases de données nutritionnelles

L’approche des applications nutritionnelles (telles que Yuka, Codecheck…) consiste à donner au consommateur l’information nutritionnelle des produits alimentaires via le scan de leur code barre. L’application affiche alors l’information provenant de bases de données alimentaires.

Ces applications traitent l’information, la rendent compréhensible, la jugent suivant différents critères définis par leurs développeurs. L’aspect jugeant rassure les consommateurs pour prendre leur décision d’achat.

Comme des millions de consommateurs utilisent de telles applications, leurs services sont scrutés (voire critiqués) par leurs concurrents, les experts de la diététique et les marques agro-alimentaires dont les produits font l’objet de ces analyses. Nous avons nous aussi notre opinion sur la question.

Des sources de données nutritionnelles peu fiables

L’un des points d’attention à propos de ces applications nutritionnelles concerne le jugement porté sur les produits. Quels sont les critères d’évaluation ? Sont-ils objectifs ? Par exemple, la présence d’additifs tels que les E102 (colorant) et E234 (conservateur) est une source de débats sur leurs aspects nocifs ou pas. Ce sujet peut être clivant et conduire à un dialogue de sourds entre les « pour » et les « contre ».

À côté du caractère subjectif de certaines classifications de produits alimentaires, la seconde critique émise porte sur la précision et la qualification des sources d’information.

Par exemple, certaines applications nutritionnelles utilisent la base de données sur les produits alimentaires OpenFoodFacts. Ouverte et collaborative, elle a le mérite d’être indépendante; puisque pour l’essentiel ce sont des consommateurs volontaires qui la nourrissent. Un peu comme un Wikipedia du food.

Mais le revers de la médaille, c’est que cette base de données n’est pas vérifiée par des professionnels. Et quand bien même, un important nombre d’erreurs peut déjà trouver son origine au niveau de l’industriel, lors de sa déclaration nutritionnelle. Les étiquettes ne sont donc pas non plus totalement fiables.

Les applications nutritionnelles, garantes de nos bons choix alimentaires ?

Une base de données polluée, c’est un peu comme une source polluée. En effet, si vous produisez de l’eau en bouteille issue d’une source polluée, tout le reste de la chaîne en pâtit. Vous aurez beau avoir les plus belles bouteilles, de magnifiques étiquettes, des vendeurs sympas, vous aurez toujours de l’eau impure. Et si vous l’utilisez dans vos préparations culinaires, celles-ci seront également polluées.

Bref, si votre application se base sur une source d’information non vérifiée, aussi belle que soit sa présentation, l’information délivrée sur votre smartphone sera… entachée d’erreurs. Et donc : zéro garantie pour vous d’avoir acheté les aliments que vous pensiez bons pour votre santé.

Les applications nutritionnelles, garantes de nos bons choix alimentaires ?

Un taux élevé d’erreurs dans les informations nutritionnelles

Quel est notre constat ? Notre dernière étude de cas fut très révélatrice. Nous avons vérifié 5.000 produits alimentaires de marque. Notre analyse portait sur la présence des allergènes, et les teneurs en lipides, calories, sel, sucre, etc… Nous avons, à notre grande surprise, relevé un taux d’erreur significatif.

En effet, pas moins de 66 % des produits analysés ont fait l’objet d’une rectification par Youmeal. Parmi ces produits, dont l’information était erronée, il s’agissait dans 19 % des cas d’un souci au niveau de la déclaration des allergènes, incomplète ou manquante, et dans 14 % des cas d’informations macro-nutritionnelles incorrectes.

Imaginez du coup ce qu’il se passe quand, dans le cadre de la confection d’une recette, vous mélangez plusieurs ingrédients dont les informations sont erronées. Le niveau d’erreur est alors démultiplié de façon considérable. Bonne chance pour donner une information nutritionnelle juste sur toute votre recette ! Les applications nutritionnelles ne sont ici d’aucun secours.

Disposer d’informations fiables, question de temps et d’argent

La méthode la plus courante pour obtenir une information fiable et contrôlée, est de faire appel à un-e diététicien-ne : qui prend le temps de lire les étiquettes une par une, d’établir un lien entre la liste des ingrédients et les données macro-nutritionnelles et allergènes, de détecter les erreurs par rapport aux bases de données nutritionnelles. Et enfin, de proposer des corrections.

Une tâche loin d’être amusante, d’autant plus que son caractère répétitif risque de donner lieu à des erreurs de distraction. Sans compter le côté chronophage d’une telle étude sur des milliers de produits, un des obstacles principaux. Car qui dit coûteux en temps, dit coûteux en argent.

On fait le calcul ? Analyser et corriger manuellement 5.000 déclarations nutritionnelles, cela représente environ 60.000 chiffres à vérifier. À raison d’une minute par chiffre, on est à plus de 6 mois de travail (et de salaire). Et voilà pourquoi la vérification des sources des bases de données alimentaires collaboratives est quasi inexistante. Qui serait prêt ou capable d’en payer le prix ? Et n’oublions pas qu’il y a des centaines de milliers d’articles alimentaires sur le marché, sans compter que chaque année s’ajoutent environ 10% de nouveaux venus.

La technologie au service d’une information nutritionnelle de qualité

Fort de ce constat, Youmeal a développé un logiciel foodtech capable de lire la liste des ingrédients, de la comprendre (et ce en plusieurs langues, avec les « fôtes » d’orthographe et les abréviations). À la différence des applications nutritionnelles courantes, le logiciel est basé sur des algorithmes avancés qui lisent, comprennent, vérifient et corrigent les informations nutritionnelles en un temps record. Bien entendu, c’est un domaine complexe et donc l’intervention humaine est encore nécessaire pour résoudre des ambiguïtés mais les algorithmes font déjà une grande partie du boulot.

À titre d’exemple, grâce à ses algorithmes, Youmeal a eu besoin de moins d’un mois pour analyser et vérifier les 5.000 produits de notre client soit six fois plus vite qu’un humain. Dans quelques mois, nous pensons que la technologie ira dix fois plus vite. Comment ça marche ? Les algorithmes font le lien entre les données nutritionnelles disponibles sur les étiquettes et celles de la base de données de Youmeal. Au final, les informations délivrées par cette intelligence artificielle apprenante, sont d’une grande précision.

En utilisant notre logiciel, les responsables des cuisines collectives ou privées peuvent donc avoir la certitude d’une information nutritionnelle exacte sur tous les ingrédients de leurs recettes. Quant aux producteurs et distributeurs de ces produits (les grossistes), si Youmeal a analysé leurs déclarations nutritionnelles, ils pourront dormir sur leurs deux oreilles.

Intéressé-e par une présentation plus exhaustive de notre étude de cas, des problèmes soulevés et des solutions apportées par Youmeal ? Suivez notre Webinar ce 21 mars à 15h. Nous vous parlerons de la déclaration nutritionnelle : des approches et outils pour se protéger du manque de précision actuel. Inscrivez-vous, c’est gratuit !